Maleria

Le paludisme

Il semble y avoir un débat en cours en ligne sur le risque du paludisme et des mesures de précaution liées lors de la visite du parc national d’Etosha. Voici une petite répartition des principaux enjeux pour votre tranquillité d’esprit avant l’arrivée au parc.

Le consensus général semble convenir que, bien que l’utilisation d’une méthode de prévention soit toujours sage, les mois d’hiver sont entièrement exempts de paludisme. Après tout, les moustiques du paludisme ont besoin d’eau pour se reproduire, et vous n’allez certainement pas voir beaucoup d’eau autour pendant les hivers très secs d’Etosha.

Cependant, la plupart d’organisations de santé internationales conseillent de prendre une certaine forme de prophylaxie pendant les mois les plus humides, approximait de Novembre à Juin. C’est vraiment juste pour être un peu plus prudent. Les médecins locaux, les guides et les visiteurs précédents du parc ont tous étaient d’accord sur le fait que les chances d’attraper le paludisme restent minces toute l’année. Cas recensés de la maladie sont rares et espacées. Il est, en fait, c’est vrai dans la plupart du pays, sauf dans la région de la bande de Caprivi nord.

En termes de prophylaxie appropriées, le Malarone est considéré comme la meilleure option pour la plupart des visiteurs à Etosha qui ne se dirigent pas vers des régions tels que Caprivi. Le malarone se prend une fois par jour, vu que ça contient moins d’effets secondaires noter par rapport aux autres pilules et doit être prise une journée avant d’entrer dans une zone de paludisme, et seulement pendant sept jours après avoir quitté la zone. Mais pour les visiteurs qui ont l’intention de passer de longs moments dans les zones de paludisme situe au nord, après avoir quitté Etosha, vous payez pour la pilule pour Malarone et ce n’est certainement pas moins cher.

Le Doxycycline et le Lariam sont beaucoup plus abordables pour de plus longues périodes, mais apporter beaucoup plus d’effets secondaires et doivent être pris pendant un certain temps avant d’entrer et un certain temps après avoir quitté les zones à risque de paludisme. Quel que soit le cas, assurez-vous de consulter votre médecin avant d’aller au parc, car cette information peut être sujet au changement.

En dehors de tout cela, il est toujours sage de se conformer à des règles de base universelles dans les zones avec un taux élevé  de moustiques: porter des manches longues et des longs pantalons après le crépuscule et, encore une fois, toujours appliquer des mesures de précautions pour toutes les zones exposées restantes, en particulier les pieds et les chevilles.